Ces articles ont été publiés dans REFLETS SUR L'ABER - Kannadig de Brélès Lanildut
N° 38, février 1996 et N° 41, août 1996

Autorisation de publication sur internet accordée à la Mairie de Lanildut en juillet 2002
par M. l'abbé Jean BOSSARD, Gérant de la publication.
Texte intégral. Tous droits réservés. Mise en ligne : Cercle d'histoire locale de Lanildut

Note du Cercle d'histoire locale : cette montre a été publiée dans son intégralité par Bourde de la Rogerie
dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère de 1898.

Familles nobles d'autrefois. La "Montre" de 1557

par Jean BOSSARD


       Tenue à Saint-Renan, le nombre des nobles présents avait encore plus largement diminué !


Nobles de Ploerin

- Jehan Kerménou, sieur dudit lieu
- Yvon Kerengar, sr dudit lieu
- Jehan Kerguadiou
- Prigent Kerménou
- Jehan Keranflech
- le sieur de Measdon
- François Le Veyer
- Guillaume Kermeydic
- Fyacre Le Marec
- Prigent Bohic
- Guyon Aultred


Noble de Lanryvoaré

- Jehan Heussaff


Observations

       On peut le constater, plus on avance dans ce seizième siècle, et plus diminue la liste des nobles présents aux Montres du ban ou de l'arrière-ban. A la Montre de 1534, la liste de Plourin est encore importante. Trente trois nobles ont été convoqués, soit 14 de moins qu'en 1503. Il faut toutefois y ajouter les cinq gentilhommes désormais comptés sous le ressort de Lanrivoaré qui semble avoir tranché le lien avec Plourin dont elle dépendait jusque là.

En 1557 il n'y a plus que 11 à répondre à l'appel sur Plourin et un seul sur Lanrivoaré.

Par ailleurs, la discipline semble avoir pris un coup. Bon nombre d'archers qui se présentent sont réprimandés pour leur tenue. Il leur est demandé d'être mieux monté et armé.

On peut glaner aussi, ici ou là, un certain nombre de curiosités. Quant à l'orthographe d'abord, qui semble mal assurée ou mal rendue par le notaire-secrétaire. On trouve ainsi en 1534 les noms de Cozéon au lieu de Gozern en 1503, Mesdonval au lieu de Meascoual, Kerouzaven pour Keruzaouen, Et le Mathieu Boethu de Lanrivoaré est une erreur de lecture ou d'écriture pour un Mathieu Bohic.

Les remplacements de 1534 sont de 11 pour Plourin, ce qui fait un sur trois, dont le sieur de Kergroadès remplacé par son oncle, et 2 sur Lanrivoaré. Faut-il en conclure que le goût pour le métier des armes tend à se perdre dans la noblesse du Bas-Léon ?

En plus de ceux qui se sont faits remplacer on trouve les absents ou excusés pour fait de maladie. Ils sont au nombre de 5 dont les sieurs de Kerléan et de Kéroulas, celui-ci juste au moment ou il se mettait en route. Remarquons une curiosité qui nous fait rétrospectivement froid dans le dos : le seigneur de Kéringar est suspect de peste.

Daniel Samson (BSAF - 1970 p. 203) nous dit que la seconde pandémie qui débuta avec la peste noire de 1348 resta latente en Europe jusqu'au 18ème siècle et fut la seule à atteindre la Bretagne.

Au milieu du 16ème siècle les cas de peste sont sporadiques. Un siècle plus tard une épidémie a laissé de nombreuses traces. En 1639, dans les cahiers de comptes de Plourin il est question de la "maladie de Kermoulouarn" qui semble bien désigner les premières attaques de cette épidémie signalée en 1640 à St-Pol de Léon, Morlaix, Plouzané et Locmaria-Plouzané, et qui se prolonge en 1652 à St Pol de Léon.

C'est à ce moment-là que se développe chez nous le culte des saints anti-pesteux, notamment St Roch et St Sébastien. La carte du bas de la page indique deux chapelles St Roch sur notre canton à Ploudalmézeau et à Plourin. Celle-ci est bâtie en 1649. Elle fait état aussi d'une chapelle St Sébastien à Locmaria-Plouzané et de 5 autres chapelles St Sébastien, aujourd'hui disparues, à St-Renan, Ploumoguer sur la presqu'île de Kermorvan, Lampaul-Plouarzel devenue l'église actuelle, Landunvez et Plourin : l'ancienne chapelle en ruines de Locquiloc. Ces saints étaient réputés pour arrêter la peste voire la guérir.

Carte des chapelles dédiées à saint Roch
et à saint Sébastien dans le Bas-Léon.

       D'autres curiosités sont à relever. Ainsi deux Hamon Bohic sont répertoriés sur Plourin. Sont-ils cousins ou plus proches encore : père et fils par exemple ?

Sur l'ensemble des deux montres de 1534 et 1557 et des deux lieux de Plourin et Lanrivoaré la famille BOHIC compte 5 représentants (Hamon, François, Hamon, Mathieu, Prigent), la famille Kergadiou en a 4 (Hamon, Tanguy, François), plusieurs en ont deux, notamment les Kergroadès, Kérillas, Kerménou, Kermeur, la Tour, Kéroulas et autres...

L'intérêt de ces Montres est aussi de préciser les manoirs occupés par plusieurs de ces nobles. Par recoupements on peut en outre présumer que Olivier et Guyon Autret (Aultred) sont les seigneurs de Kerazan en Larret, François Le Veyer (ou Le Voyer) celui de la Porte-Neuve en Lanildut et le sieur de Mesdoun (Measdon) en Porspoder est Henry Kerbescat en 1534, et Jehan en 1557.

Quelques Montres de l'arrière-ban se tiendront encore en septembre 1558 et le 29 mars 1562 à Lesneven ; en 1572 à nouveau à St-Renan. Des montres générales auront encore lieu chaque année de 1573 à 1576, et en 1589 à Lesneven. Et c'en sera quasiment fini.

Jean BOSSARD

Ces articles ont été publiés dans REFLETS SUR L'ABER - Kannadig de Brélès Lanildut
N° 38, février 1996 et N° 41, août 1996. Tous droits réservés.
Mise en ligne : Cercle d'histoire locale de Lanildut